Michael De Plaen – photographe : saisir la beauté de l’instant


Lifestyle / lundi, juillet 16th, 2018
Michael De Plaen-Mode-Muntu
© Michael de Plaen

Tu sais que j’aime parler d’art, d’artisans, d’artistes car je trouve que les gens mus par une passion réalisent des choses magnifiques. C’est pourquoi aujourd’hui, je te parle de photo et plus particulièrement de Michael De Plaen, un photographe dont j’admire le travail.

Je te confie que ce n’est pas un inconnu pour moi, c’est un ami. Mais avant qu’il devienne mon ami, je l’ai découvert comme artiste. Car c’est lui qui a réalisé les photos de mon mariage. Et je peux te dire que je m’estime particulièrement chanceuse car il a su capter tout au long de cette journée les instants T, les émotions, l’âme des gens. Il ne nous a pas juste offert de jolies photos, il nous a offert des photos vraies, remplies de vie, d’histoires et c’est pour moi une qualité rare et précieuse chez un photographe. Tu comprends mieux à présent pourquoi j’ai eu envie de te parler de lui…

Se diversifier pour s’épanouir

Sache que Michael est né en 1979 à Lubumbashi, en République démocratique du Congo puis s’est installé en 1990 avec sa famille en Belgique. Avant de devenir photographe, il a fait des études de sciences biomédicales. Un peu touche à tout, il a besoin de se diversifier pour s’épanouir. Très rapidement, il est entré dans le milieu des artistes en organisant des expositions, en animant des émissions culturelles et en rédigeant des chroniques bd. Le fait d’avoir touché à différentes choses lui a ouvert des portes. Et aujourd’hui, ça fait une dizaine d’années qu’il travaille dans la photo.

Michael De Plaen-salauds-de-pauvres
© Michael De Plaen

Au niveau de son style photographique, Michael explore différents univers, il a besoin de variété, de se lancer des défis. Cela se ressent également dans ses goûts en matière de photos. Il peut admirer un cliché pour sa qualité technique et également être séduit par une photo brute qui dégage une émotion. L’expérience lui a appris qu’un cliché plait selon la sensibilité de chacun, c’est un regard qu’il apporte, une émotion qu’il tente de capter et de transmettre. Même si il s’est occupé de mon mariage, il n’en fait pas beaucoup car c’est une démarche particulière, c’est rentrer dans l’intimité des gens.

Web-documentaires, reportage et exposition

Michael a travaillé sur des web-documentaires avec “Salauds de pauvres“, un reportage sur des “Autochtones itinérants au Canada” et organisé plus récemment l’exposition sur le peintre “Mode Muntu” à la Cité Miroir à Liège. Après avoir fait beaucoup de studio, il a prévu de faire des photos de paysages dans les prochains mois.

Michael De Plaen-Mode-Muntu
© Michael De Plaen

Michael retouche très peu ses documentaires mais accorde un soin tout particulier à ses retouches photographiques : lumière, ombre, faire ressortir un élément en particulier. Il n’allonge pas les formes, ne retire pas les bourrelets, ne veut pas transformer mais mettre en valeur. Il essaye de trouver le beau partout. Peu importe la morphologie, tout le monde est beau. Plutôt que de corriger un défaut, il cherche à le sublimer.

3 photos – 3 histoires

Le travail de Michael étant à mes yeux la meilleure façon d’illustrer ce que j’essaye de te partager, j’ai choisi de te présenter 3 de ses clichés et l’histoire qui se cache derrière…

1) Éthiopie - 2015
Michael De Plaen-Ethiopie
© Michael De Plaen

L’homme que tu vois sur la photo est un scout éthiopien. Lors des treks, on se fait accompagner par un homme armé d’une kalachnikov. Il y a deux raisons à cela : les léopards et les pillards. Là où les touristes s’équipent lourdement, ce scout se contente de son arme, d’un sac à dos et de ses sandales. Pourtant tout se fait à pied. Michael, qui adore voyager, est parti là-bas avec sa compagne pour faire des photos et découvrir la culture locale.

2) Iran - 2016
Michael De Plaen-fillette-Iran
© Michael De Plaen

Au départ, Michael souhaitait seulement photographier la fillette. Sur la photo, on voit deux femmes remplir leurs coordonnées pour recevoir les clichés de la petite. Michael a pris cette photo au moment où elles sont de dos, appuyées sur la voiture. Elles sont habillées en noir, complètement voilées, un contraste total avec la petite, en robe, l’air espiègle. Il faut savoir qu’en Iran, les gens sont très gentils. On a encore en tête la guerre Irak/Iran et ça peut faire peur. Quand on part là-bas, il y a des règles à respecter et quand on s’y plie, tout se passe très bien.

3) Body - 2017
Michael De Plaen-Body-cheerleader
© Michael De Plaen

La jeune femme que tu découvres sur cette photo est une cheerleader américaine qui a rencontré un Allemand à Ibiza et qui par amour l’a suivi en Belgique. Michael lui a proposé de poser pour lui car il faisait une série sur des corps sportifs. Son corps de danseuse avec ses jambes et son dos musclé sont mis en valeur. Michael reproche au cinéma de mettre en avant des corps filiformes dans les scènes d’action, comme si on avait peur de montrer des femmes musclées. Alors qu’il s’agit d’un type de corps de femme qui a sa beauté. Tous les corps de femmes sont beaux.

Tu en veux en voir plus ?

J’espère que ce petit aperçu du travail de Michael t’a plu. Si tu veux en voir plus, je te renvoie à son site internet et à sa page Facebook. Petit scoop, Michael est en négociation avec une illustratrice car il aimerait beaucoup faire un roman graphique avec elle. Je n’en sais pas plus, affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *