Les cotons démaquillants réutilisables de la petite Soso

coton démaquillant réutilisable

C’est avec grand plaisir que je te parle aujourd’hui d’une créatrice qui a fait évoluer ma routine beauté. En effet, je connaissais déjà les cotons démaquillants réutilisables mais sans vraiment réussir à sauter réellement le pas. Seulement ça, c’était avant…

À la recherche de la perle rare

J’ai reçu et ai acheté à diverses occasions des petits cotons à laver mais sans parvenir à trouver mon bonheur : trop pelucheux, trop rêches, diffusent mal le démaquillant… au point de me demander pourquoi je m’acharnais encore à essayer de trouver la perle rare.

Et puis, j’ai fait la connaissance de Solène suite à une publication Instagram. J‘ai d’abord été charmée par l’aspect esthétique de ses cotons. Il faut dire que les imprimés japonisants / géométriques / fleuris et moi, c’est une grande histoire d’amour. Couturière dans l’âme, j’aime les beaux tissus. Et puis l’envers avait l’air si doux et j’ai bien fait de suivre mon instinct. Car la particularité de ces cotons réside dans le fait que Solène utilise du tissu éponge en fibres de bambou, ce qui leur permet de garder cette douceur au fil des utilisations.

Solène utilise du tissu éponge en fibres de bambou, ce qui leur permet de garder cette douceur au fil des utilisations.

La petite Soso, une histoire de passion

Avant de te parler de mon expérience, j’aimerais te présenter Solène, la créatrice de ces petites merveilles. Cela va bientôt faire 2 ans que Solène a créé sa marque “La petite Soso” – elle qui est passionnée d’activités manuelles depuis son plus jeune âge. Si tu choisis de jeter un œil à son travail, sache que ses réalisations sont faites entièrement à la main. Autodidacte, c’est la passion qui l’a poussée à faire d’un hobby une réelle activité.

Il y a peu, elle a lancé son site web afin de faire découvrir son travail au plus grand nombre. Sensible à l’écologie et désireuse de proposer des produits de qualité, ses créations sont faites dans des tissus haut de gamme qui résistent à l’épreuve du temps.

Sensible à l’écologie et désireuse de proposer des produits de qualité, ses produits sont faits dans des tissus haut de gamme qui résistent à l’épreuve du temps.

Outre des cotons réutilisables, elle propose d’autres créations couture : bavoirs, masques de nuit, chouchous,… le tout à des prix très corrects : de 3 à 19 euros.

Comme moi, si tu en as envie, tu peux personnaliser ta commande. J’ai simplement choisi parmi ses tissus, ceux que je voulais pour mes lingettes. Un petit message privé et le tour est joué.

Pssssst… Je te conseille de bien lire l’article jusqu’au bout car j’ai la chance de pouvoir te faire gagner un lot de 4 lingettes sur mon Instagram.

Qualité – écologie – nettoyage facile/rapide : trio gagnant

Revenons à présent à la question qui te taraude : alors ils sont comment ces cotons réutilisables ? C’est simple, ils sont top. J’ai pris le temps de vraiment bien les tester avant de t’en parler et mon avis n’a pas changé entre la première utilisation et maintenant. Elles sont douces sur mon visage, ne m’irritent pas la peau, ne me donnent pas de petits boutons. Elles permettent de diffuser le démaquillant sans s’en mettre plein dans les yeux. Et le format permet de faire tout son visage avec une seule lingette.

Au niveau du nettoyage, rien de plus simple. Je les humidifie à l’eau tiède, je passe un peu de savon pour les mains, je fais mousser, je rince, j’essore et je mets sur mon petit étendoir devant le chauffage, parfois même directement sur celui-ci (vu qu’on ne chauffe pas très fort dans la salle-de-bain) et c’est prêt pour le lendemain. Rien de bien sorcier, ça prend 5 minutes top chrono et ça évite bien des déchets dans la poubelle. Pour 12 euros les 4 lingettes, crois-moi c’est vite rentabilisé.

Tu l’auras compris, je valide totalement ce test et te recommande plus que vivement les créations de la Petite Soso.

Chose promise, chose due, je te parle à présent du concours :

-il démarre ce samedi 06 mars 2021 et prendra fin le dimanche 14 mars 2021 à 23h59

-le concours se déroule sur mon Instagram : @sidjie_happiness_therapy

-Je te demande d’être abonné.e à mon compte ainsi qu’à celui de la Petite Soso, de liker et de commenter le post en me partageant l’un de tes gestes pour l’écologie + inviter 2 ami.e.s

-Un partage en story du concours te permet de doubler ta participation

Je te souhaite déjà bonne chance !

Les produits présentés dans cet article m'ont été envoyés gracieusement par La petite Soso, ce qui n'altère en rien mon objectivité dans cet article. 

Zenacolor : l’allié anti-jambes lourdes ?

J’ai facilement les jambes lourdes et c’est quelque chose d’assez désagréable je trouve. J’ai la chance qu’elles ne soient pas gonflées mais en fin de journée, elles sont rapidement douloureuses. Alors quand j’ai vu le coussin Dreamzie élévateur de jambes de la marque Zenacolor, je me suis dit pourquoi pas le tester ?

Un coussin magique

Dreamzie - elevating leg rest pillow
Dreamzie – elevating leg rest pillow

Quand je l’ai reçu, il était dans son petit carton, je l’ai sorti et j’ai découvert un coussin assez tendre, de couleur claire. Il m’était demandé de le laisser reposer au moins 24h pour lui permettre de reprendre sa forme. Une fois regonflé, ni une ni deux, je l’installe sur ma méridienne et je pose mes jambes dessus. Première impression géniale, je sens directement un soulagement au niveau de mes jambes et du bas de bon dos. Je me dis qu’on va bien s’entendre tous les deux.

Bamboo touch

Je regarde sa fiche technique, bonne nouvelle, il est hypoallergénique, lavable, respirant et avec une housse en fibres de bambou certifiée CertiPUR. Mais même si la housse est douce et jolie, je me dis rapidement que sa couleur claire est salissante. Avec sa poignée, il est prévu pour être déplacé, j’ai donc décidé de lui coudre une housse en coton foncée histoire de le fondre un peu plus dans son environnement.

Coussin élévateur - housse faite main
Coussin élévateur – housse faite main

Après quelques jours d’utilisation, j’ai remarqué qu’il avait encore gonflé. Je dois dire que ça m’a un poil embêtée parce que d’un coup il m’a paru fort haut. J’aime bien l’utiliser quand je suis dans le canapé, dos relevé pour lire ou regarder un film et j’en profite pour surélever mes jambes. Mais là, j’avoue qu’au bout d’une heure, cela devient désagréable. Du coup, je l’ai installé sur mon tapis, à côté des mes poufs pour pouvoir m’asseoir dessus au plus près du sol et méditer ou permettre à mes toutous de s’y lover, oui c’est un coussin pour toute la famille !

Un allié santé

Un toutou et des gambettes surélevés
Un toutou et des gambettes surélevés

Ce que je trouve vraiment chouette, c’est sa polyvalence. Je peux y mettre mes jambes, appuyer mon dos, m’asseoir dessus, m’en servir de petite table surélevée sur le sol ou dans le lit. Il semble particulièrement étudié pour le post-opératoire et toutes les douleurs orthopédiques grâce à sa mémoire de forme.

Personnellement, je trouve que c’est une jolie découverte. Et je suis certaine que ça en ravira plus d’un/d’une qui comme moi a des douleurs chroniques. Au moment où je t’écris, j’ai d’ailleurs mon nerf sciatique qui me fait fort souffrir et dès que j’aurai fini ces quelques lignes, je filerai m’installer dessus.

Et toi, dis-moi, tu aimes ce genre de coussin ? Cherches-tu comme moi des solutions naturelles pour soulager ton dos/tes jambes ?

Je tiens à remercier Zenacolor qui m'a envoyé ce produit gratuitement afin que je puisse le tester et vous en faire une revue sur mon blog. 

Aromasound : un diffuseur haut de gamme

Je suis ravie de te retrouver aujourd’hui pour te parler du diffuseur d’huiles essentielles que j’ai reçu gratuitement de la marque Aromasound afin de te le présenter dans cet article.

Si tu me connais un peu, tu sais que je suis une grande stressée de la vie et que je suis toujours en quête de solutions naturelles pour palier à mon anxiété. Et le diffuseur est un peu un indispensable dans le domaine. Mais finalement, comment le choisir ?

Brumisation à froid & ultrasons

Il existe différentes technologies pour diffuser les huiles essentielles mais ma préférée reste la diffusion à froid par brumisation et ultrasons. Tu mets de l’eau dans ton diffuseur, quelques gouttes d’une huile essentielle de choix et le tour est joué, une jolie brume s’échappe de ton diffuseur et ça sent divinement bon en plus d’assainir l’air. C’est notamment ce qui m’a poussée à opter pour le Lilycherry d’Aromasound, un diffuseur multifonctionnel et au design inédit.

C’est donc l’occasion pour moi de te présenter cet objet plus en profondeur. Bon, est-il vraiment nécessaire de dire qu’il est beau ? Je t’avoue être tombée amoureuse de son look avec ses découpes de style moucharabieh, j’ai flashé. Parce qu’un bon diffuseur c’est bien mais si en plus il est beau… n’oublions pas que c’est aussi un objet de déco ! Et de ce côté-là, il s’intègre parfaitement dans mon bureau. Jusqu’ici, je voulais qu’un diffuseur soit discret, ici je veux qu’il se voit et qu’on puisse l’admirer en fonctionnement.

Je ne te l’ai pas encore dit mais en plus de laisser s’échapper une douce brume parfumée, il change de couleur et moi qui suis sensible à la luminothérapie, j’adore. C’est simple, soit tu sélectionnes sur Lily (oui je lui ai donné un petit nom maintenant que nous vivons ensemble), soit tu utilises l’appli gratuite aromalife que tu installes sur ton téléphone. Et ce qui est bien, c’est que tu peux le faire sur iOS ou Android. C’est juste ultra facile à utiliser, ça se connecte en Bluetooth à ton téléphone et te voilà avec une télécommande qui te permet de tout régler en deux secondes : la couleur (il y en a 7), le temps de diffusion (3 cycles de diffusion préenregistrés : 1h-3h-6h), le réglage de l’intensité, la minuterie pour la diffusion, etc.

Hey Mister DJ, put a record on !

Et en plus, ce qui est magique, c’est que tu peux mettre de la musique dessus. Après avoir un peu cherché pour coupler la musique (c’était pas bien compliqué mais je n’étais pas très douée), j’ai lancé de la musique de ma bibliothèque itunes et là… surprise ! Mais il est pas mal du tout ce son ! Je t’avoue m’être attendue à une qualité sonore moyenne parce que bon, c’est un truc multifonctions, c’est pas forcément une chaîne hifi non plus donc j’aurais été satisfaite avec quelque chose qui se laisse écouter. J’ai droit à bien mieux que ça avec une puissance musicale allant jusqu’à 15 watts. Pourtant, le fait que le design soit si parfait, que l’appli soit si réactive et qu’il y ait autant de réglages possibles aurait dû me mettre la puce à l’oreille, on est sur du haut de gamme ici.

Zen tu seras

Autre point positif et pas des moindres, tu reçois un petit flacon de 10ml d’huiles essentielles (bio et certifiée par Ecocert) – il s’agit du mélange zen qui sent l’orange douce, le lavandin grosso, le genévrier et l’épinette noire, c’est très doux comme parfum, très relaxant. Tu en mets environ 2 gouttes par 100ml (tu peux mettre jusqu’à 350-400ml d’eau dans l’appareil) et ensuite Lily le diffuse par brumisation à froid/ultrasons dans une pièce allant jusqu’à 30 mètres carrés.

Au niveau du bruit, tu entends un léger son de fonctionnement mais c’est très silencieux. Si tu mets la musique dessus, tu ne l’entends plus du tout. C’est donc un appareil qui sait se faire discret et que je m’imagine totalement utiliser pour m’aider à me détendre pendant une petite sieste.

Tu l’auras compris, je suis totalement conquise et la bonne nouvelle, c’est que je te partage le code promo ASI4Y20 qui te donne droit à -20% sur l’ensemble de ta commande sur le site et ce jusqu’au 31/07/2020. N’hésite pas à en profiter !

Tu me diras dans les commentaires ce que tu penses de cette jolie découverte et si tu es comme moi un(e) adepte des diffuseurs d’huiles essentielles et autres objets bien-être dans ton quotidien.

  • Le Lilycherry d’Aromasound coûte 69,90 euros
  • Il existe également le coffret douceur et relaxation Lilycherry avec 3 huiles essentielles au prix de 79,90 euros
  • Les frais de port sont gratuits à partir de 20 euros d’achat
  • Tu as en plus des soldes du 15/07 au 11/08 et -25% sur les diffuseurs avec le code promo SOLDES
Merci encore à la marque Aromasound d'avoir sponsorisé cet article et de m'avoir envoyé l'article gratuitement afin que je puisse le tester et en faire une revue. 

Michael De Plaen – photographe : saisir la beauté de l’instant

Michael De Plaen

Michael De Plaen-Mode-Muntu
© Michael de Plaen

Tu sais que j’aime parler d’art, d’artisans, d’artistes car je trouve que les gens mus par une passion réalisent des choses magnifiques. C’est pourquoi aujourd’hui, je te parle de photo et plus particulièrement de Michael De Plaen, un photographe dont j’admire le travail.

Je te confie que ce n’est pas un inconnu pour moi, c’est un ami. Mais avant qu’il devienne mon ami, je l’ai découvert comme artiste. Car c’est lui qui a réalisé les photos de mon mariage. Et je peux te dire que je m’estime particulièrement chanceuse car il a su capter tout au long de cette journée les instants T, les émotions, l’âme des gens. Il ne nous a pas juste offert de jolies photos, il nous a offert des photos vraies, remplies de vie, d’histoires et c’est pour moi une qualité rare et précieuse chez un photographe. Tu comprends mieux à présent pourquoi j’ai eu envie de te parler de lui…

Se diversifier pour s’épanouir

Sache que Michael est né en 1979 à Lubumbashi, en République démocratique du Congo puis s’est installé en 1990 avec sa famille en Belgique. Avant de devenir photographe, il a fait des études de sciences biomédicales. Un peu touche à tout, il a besoin de se diversifier pour s’épanouir. Très rapidement, il est entré dans le milieu des artistes en organisant des expositions, en animant des émissions culturelles et en rédigeant des chroniques bd. Le fait d’avoir touché à différentes choses lui a ouvert des portes. Et aujourd’hui, ça fait une dizaine d’années qu’il travaille dans la photo.

Michael De Plaen-salauds-de-pauvres
© Michael De Plaen

Au niveau de son style photographique, Michael explore différents univers, il a besoin de variété, de se lancer des défis. Cela se ressent également dans ses goûts en matière de photos. Il peut admirer un cliché pour sa qualité technique et également être séduit par une photo brute qui dégage une émotion. L’expérience lui a appris qu’un cliché plait selon la sensibilité de chacun, c’est un regard qu’il apporte, une émotion qu’il tente de capter et de transmettre. Même si il s’est occupé de mon mariage, il n’en fait pas beaucoup car c’est une démarche particulière, c’est rentrer dans l’intimité des gens.

Web-documentaires, reportage et exposition

Michael a travaillé sur des web-documentaires avec “Salauds de pauvres“, un reportage sur des “Autochtones itinérants au Canada” et organisé plus récemment l’exposition sur le peintre “Mode Muntu” à la Cité Miroir à Liège. Après avoir fait beaucoup de studio, il a prévu de faire des photos de paysages dans les prochains mois.

Michael De Plaen-Mode-Muntu
© Michael De Plaen

Michael retouche très peu ses documentaires mais accorde un soin tout particulier à ses retouches photographiques : lumière, ombre, faire ressortir un élément en particulier. Il n’allonge pas les formes, ne retire pas les bourrelets, ne veut pas transformer mais mettre en valeur. Il essaye de trouver le beau partout. Peu importe la morphologie, tout le monde est beau. Plutôt que de corriger un défaut, il cherche à le sublimer.

3 photos – 3 histoires

Le travail de Michael étant à mes yeux la meilleure façon d’illustrer ce que j’essaye de te partager, j’ai choisi de te présenter 3 de ses clichés et l’histoire qui se cache derrière…

1) Éthiopie - 2015

Michael De Plaen-Ethiopie
© Michael De Plaen

L’homme que tu vois sur la photo est un scout éthiopien. Lors des treks, on se fait accompagner par un homme armé d’une kalachnikov. Il y a deux raisons à cela : les léopards et les pillards. Là où les touristes s’équipent lourdement, ce scout se contente de son arme, d’un sac à dos et de ses sandales. Pourtant tout se fait à pied. Michael, qui adore voyager, est parti là-bas avec sa compagne pour faire des photos et découvrir la culture locale.

2) Iran - 2016

Michael De Plaen-fillette-Iran
© Michael De Plaen

Au départ, Michael souhaitait seulement photographier la fillette. Sur la photo, on voit deux femmes remplir leurs coordonnées pour recevoir les clichés de la petite. Michael a pris cette photo au moment où elles sont de dos, appuyées sur la voiture. Elles sont habillées en noir, complètement voilées, un contraste total avec la petite, en robe, l’air espiègle. Il faut savoir qu’en Iran, les gens sont très gentils. On a encore en tête la guerre Irak/Iran et ça peut faire peur. Quand on part là-bas, il y a des règles à respecter et quand on s’y plie, tout se passe très bien.

3) Body - 2017

Michael De Plaen-Body-cheerleader
© Michael De Plaen

La jeune femme que tu découvres sur cette photo est une cheerleader américaine qui a rencontré un Allemand à Ibiza et qui par amour l’a suivi en Belgique. Michael lui a proposé de poser pour lui car il faisait une série sur des corps sportifs. Son corps de danseuse avec ses jambes et son dos musclé sont mis en valeur. Michael reproche au cinéma de mettre en avant des corps filiformes dans les scènes d’action, comme si on avait peur de montrer des femmes musclées. Alors qu’il s’agit d’un type de corps de femme qui a sa beauté. Tous les corps de femmes sont beaux.

Tu en veux en voir plus ?

J’espère que ce petit aperçu du travail de Michael t’a plu. Si tu veux en voir plus, je te renvoie à son site internet et à sa page Facebook. Petit scoop, Michael est en négociation avec une illustratrice car il aimerait beaucoup faire un roman graphique avec elle. Je n’en sais pas plus, affaire à suivre…

Le trench-coat : l’indispensable de tout dressing ?

imperméable - trench coat - printemps

Je suis ravie de te retrouver pour un article mode et pour un sujet que je trouve particulièrement intéressant. Il s’agit des pièces maîtresses d’une garde-robe et plus particulièrement de l’imperméable. Il y a quelques vêtements et accessoires dits indispensables et ce à juste titre car ils ne se démodent pas et vont avec la plupart de tes tenues. Le trench-coat en fait partie, le perfecto aussi, tout comme la petite paire d’escarpins noirs.

Imperméable ou trench-coat ?

Peut-être te demandes-tu la différence entre un trench et un imper ? C’est assez simple, le trench-coat est un type d’imperméable. Il en existe d’autres comme : le ciré, le K-way, etc.

Le trench est une pièce que j’ai découverte assez récemment figure-toi. Non pas que je n’avais jamais vu d’imperméable mais j’ai mis du temps à comprendre son utilité et son pouvoir glamour. J’ai dû certainement trop le voir sur le dos de l’inspecteur Columbo… Autant pour moi, il est assez évident de mettre un manteau en hiver pour ne pas avoir froid, autant pour les autres saisons, j’enfile un gros pull ou un poncho si j’ai froid.

imperméable - trench coat - été

La classe avant tout

Et puis j’ai vu le nouveau Lara Croft, dans lequel Kristin Scott Thomas porte un trench beige et j’ai trouvé ça d’une classe folle. J’ai réalisé à quel point ça finissait sa tenue. La question ici n’est pas de porter quelque chose pour ne pas avoir froid. Admettons que c’est peu épais, ça protège de la pluie et ça coupe le vent mais c’est surtout que c’est joli, que ça fait très femme.

Tout le monde n’est pas forcément fan du classic trench beige façon Burberry, moi-même je ne l’aime pas tellement. En même temps, le beige n’est pas très flatteur avec ma carnation. Mais je me suis rendue compte que des imperméables, il y en avait de toutes les formes, de toutes les couleurs et de toutes les longueurs. De quoi satisfaire la plus difficile des personnes…

imperméable - trench coat - automne

3 manteaux pour 3 saisons

Dans ma sélection, je te présente trois modèles différentes qui selon moi seraient parfaits pour 3 saisons différentes. Il y a le rose poudré pour le printemps, l’orange flash pour l’été et le kaki pour l’automne. Porté ouvert ou fermé, avec ou sans ceinture, cintré ou lâche… Je trouve que chaque modèle a son charme tant qu’il est joliment assorti. Selon moi, les modèles non cintrés doivent être portés ouverts ou serrés avec une ceinture pour marquer la taille. Un pantalon slim ou une robe/jupe courte vont particulièrement bien avec. Il est aussi important de contrebalancer l’effet ample pour éviter de s’élargir inutilement. L’escarpin est également l’allié de l’imperméable pour asseoir le côté chic et business woman.

Ai-je une préférence ? Honnêtement non, les trois me plaisent beaucoup et ce pour des raisons totalement différentes. J’adore le col du rose poudré et le fait qu’il soit entre le pull et le manteau. L’orange flash est superbe avec ma chevelure flamboyante, en plus la matière est toute douce et la longueur me donne de l’assurance. Le kaki est quant à lui sobre et élégant, je l’ai accompagné d’un chapeau car je me vois parfaitement aller à un rendez-vous comme ça.

Pour la petite anecdote, savais-tu que "trench-coat" veut dire "manteau de 
tranchée" car il était utilisé par l'armée lors de la Première et Seconde 
Guerre Mondiale. Au départ masculin, il est aujourd'hui aussi porté par
les femmes.

Et toi, qu’en penses-tu ? Est-ce un vêtement que tu apprécies et qui fait déjà partie de ta garde-robe ? Sache que je te le recommande en tout cas et ce quelle que soit ta morphologie. Ce type d’imperméable est capable de rendre une tenue banale très élégante et c’est ce qui me plaît.

LeBestiaire : quand la mode s’inspire du monde animal et végétal

pull-crocuta-porté

Cela fait déjà quelques années que j’ai découvert LeBestiaire et que je suis fan du travail de Marie Rouillier. Pourtant, c’est un pur hasard si je connais la marque. Lors de ma première année de travail dans l’enseignement, une collègue est un jour arrivée dans la salle des profs avec un pull super original. Il comportait des plumes de cuir très colorées sur le côté droit formant une sorte d’aile. J’ai trouvé ça tellement joli que ça m’est resté en tête et que quelques années plus tard, ça m’a donné envie d’en créer un moi-même. Il faut dire aussi que j’adore la mode et le bricolage et que c’était un vrai challenge pour moi d’essayer fabriquer un pull qui rende aussi bien avec finalement très peu de moyens. Je t’avoue que si à l’époque, j’avais eu le budget pour m’en offrir un “vrai”, je l’aurais fait… à la place j’ai proposé un DIY pull écailles de dragon sur ma chaîne YouTube en hommage à la marque.

diy-pull-écailles-dragon

Gravure de mode

Du temps a passé depuis et j’ai enfin pu me procurer un pull LeBestiaire ! Mais pas forcément celui auquel tu t’attends… J’ai opté pour une pièce de leur nouvelle collection avec une impression style gravure à l’ancienne. J’ai flashé sur la couleur du pull, moutarde j’adore ça et l’imprimé était juste magnifique donc… j’ai craqué. Le pull a une coupe originale avec des manches de type chauve-souris. La qualité y est, le souci du détail également, c’est une très jolie pièce.

zoom-sur-le-pull-crocuta

Un stylisme à la française

LeBestiaire pour moi, c’est exactement ce que j’aurais aimé faire si j’avais travaillé dans la mode : des inspirations végétales et animales, de la féminité, de l’élégance et de l’originalité. En plus, c’est une marque 100% française (design et fabrication en France). C’est assez appréciable pour être souligné.

gravure-et-abeilles-en-laiton

Tu remarqueras aussi la petite abeille en laiton fabriquée dans une fonderie du sud de la France, il s’agit du symbole de la marque. Pourquoi une abeille ? Je te réponds en reprenant simplement les mots de la marque : “Par sa fragilité et la nécessité de la préserver, elle devient le symbole du savoir-faire français.” C’est joli, non ?

les-créations-de-lebestiaire
© LeBestiaire

L’inspiration avant tout

Sache que la marque ne propose pas que des pulls, tu peux également acheter des colliers/plastrons qui habilleront tous tes chemisiers, des kimonos réversibles avec des cernes de bois, des jupes fleuries, etc. L’allusion à la nature y est toujours présente et se décline selon l’inspiration de la styliste. J’y vois des gravures, des tapisseries, des herbiers,… une façon de mettre l’ancien au goût du jour.

totebag-lebestiaire

Au niveau des prix, il te faudra débourser une quarantaine d’euros pour un collier, 135 euros pour mon joli pull Crocuta, 130 euros pour un foulard en soie… On est pour moi dans le domaine du luxe mais du luxe accessible. Je préfère me dire que j’achète moins de vêtements mais que je choisis des pièces qui me plaisent et ici c’est vraiment le cas.

Je te renvoie à leur site si tu souhaites en savoir plus et à leur boutique en ligne si un petit achat te tenterait bien. Il existe également différents points de vente, si tu préfères essayer en magasin. Attention, le craquage est quasi inévitable, je t’aurai prévenue.

 

Bougies and The City : artisanat et cire végétale

Le joli colis que Sabrina m’a envoyé avec mes senteurs préférées.

 

J’adore les bougies, j’en allume souvent chez moi pour l’ambiance et le doux parfum qu’elles dégagent. Je suis plutôt sensible aux odeurs florales et j’aime en particulier la fleur de cerisier et la lavande, deux parfums qui me détendent. Seulement, je n’ai pas envie de respirer n’importe quoi. Les bougies industrielles sentent souvent bon mais ne sont pas toujours idéales pour la santé : très chimiques, testées sur animaux… Je suis dans une période de remise en question sur ma consommation et mon empreinte écologique. J’élimine petit-à-petit les produits qui ne correspondent plus à mes exigences pour les remplacer par des choses plus saines, à la composition souvent plus simple et davantage respectueuse de l’environnement.

Je me suis alors logiquement penchée sur les bougies que j’avais à la maison : Bath & Body Works et Yankee Candle. Malheureusement les bougies Yankee Candle sont faites avec de la paraffine, un dérivé de pétrole qui, quand il brule, libère des choses pas franchement cool pour notre santé voire cancérigènes. Les bougies Bath and Body Works me semblent plus safe, elles sont essentiellement composées de cire de soja et de fragrance et il y a en a de plus en plus qui contiennent des huiles essentielles, ils ont d’ailleurs lancé une collection qui va vraiment dans le sens d’une composition plus clean. Ce qui me plaît beaucoup car j’aurais été triste de ne plus du tout en utiliser, elles sentent quand-même fort bon (gros coup de cœur pour fleur de cerisier soit dit en passant).

 

Sa collection de bougies évolue au fil des saisons. © Bougies & The City

 

J’ai contacté Sabrina, la créatrice de Bougies and The City sur son profil Instagram car j’ai été séduite par le fait qu’elle propose des bougies à la cire de soja, sans OGM, sans pesticides et cruelty-free. Ce sont des valeurs qui me touchent et qui me donnent envie d’en parler. Cela fait 10 ans qu’elle en fait par passion et loisir, c’est à présent un métier à part entière. Ses bougies se présentent sous diverses formes : bougies de massage, chauffe-plat, galets pour brûle-parfum, etc. Elle propose environ 80 senteurs: fruitées, florales, masculines, féminines… il y en a pour tous les goûts ! Elle modèle ses créations selon les saisons, les événements et ses envies. Dans sa boutique, on trouve des pattes de chien, des macarons, des œufs, des bonbonnières et bien d’autres formes encore. Sabrina a un univers très coloré et diversifié. Au niveau des prix, ses créations se situent entre 1 et 30 euros selon le type de bougie et le format.

Elle m’a gentiment envoyé des galets pour brûle-parfum en forme de pattes de chien, à croire que j’ai des toutous que j’adore, et une bougie de massage. Au niveau des senteurs, c’est orienté floral puisque j’adore ça : fleur de cerisier, lavande, jasmin, feuille de figuier et ylang-ylang. Pour l’instant, j’ai testé le jasmin dans mon brûle-parfum et je dois dire que j’ai été surprise par la présence de la senteur, tout mon rez-de-chaussée embaumait, et par la durée de brûlage, je crois que j’en ai pour de longues heures avec mon jasmin, au bout de deux séances de plusieurs heures, il semble à peine se consumer, en voilà une bonne nouvelle ! La bougie de massage est quelque chose qui m’a toujours fascinée parce que c’est une bougie mais en fait c’est de l’huile pour le corps, ça un côté un peu magique. Jusqu’ici je ne savais pas comment ça marchait et me demandais même si on ne risquait pas de se brûler. Grâce au descriptif accompagnant la bougie, merci Sabrina pour le mode d’emploi, j’ai enfin compris le principe. Une fois la bougie allumée, la cire fond et se transforme en huile de massage. Il faut alors l’éteindre et attendre une minute pour que la cire soit à bonne température et puisse être versée sur le corps. Il suffit ensuite de remettre le couvercle sur la bougie et de la laisser se figer à nouveau jusqu’à la prochaine utilisation. C’est très facile en fait !

 

Le galet jasmin se consume délicatement dans mon brûle-parfum.

 

Alors, qu’en dis-tu, ça te plaît ? Si tu souhaites passer une commande à Sabrina, tu peux la contacter sur son Instagram ou sa page Facebook. Les prix ne sont pas affichés donc il faudra lui écrire pour les connaître. Si dans ce qu’elle propose quelque chose te plaît, tu peux  lui commander mais tu peux également faire une demande spéciale pour toi ou pour une occasion particulière comme un mariage, un cadeau de naissance ou un anniversaire. C’est d’ailleurs ce qu’elle préfère réaliser et je la comprends ! Laisser sa créativité parler est toujours plus enrichissant que de faire des séries et du stock. Tu pourras également la retrouver dans des ventes privées, salons et expositions du côté de Mulhouse, n’hésite pas à regarder ses événements sur sa page pour pouvoir la rencontrer.

Avant de te laisser rêver à un intérieur rempli de bougies parfumées, peut-être t’interroges-tu sur le nom de sa boutique ? Moi-même, ça ma intriguée. Sabrina est fan de Sex & The City, de New-York et des cupcakes. D’un coup, on comprend mieux et le logo et la référence.

 

Si tu as envie de réaliser tes propres bougies en cire végétale, je te propose de regarder mon tuto. Tu verras, c’est ultra facile et très amusant. En plus, il y a un concours à la fin de la vidéo te permettant de remporter une création Bougies & The City, dépêche-toi tu as jusqu’au 6 mai pour participer (les conditions de participation sont expliquées dans la vidéo).

La Boésie : quand le bois devient poésie

 

Ce n’est en principe plus un mystère pour toi, si tu me connais déjà un peu, j’aime le bois et ce sous toutes ses formes : décoration, meubles, poutres, arbres en forêt. Il y a un truc magique qui se passe, une connexion, je le touche, je le respire et il me rassure. Quand j’étais gamine, la maison de mes rêves après avoir voulu être princesse dans un château était une jolie cabane dans un arbre et maintenant que j’ai grandi, j’aimerais énormément avoir une belle maison en bois dans la nature. Ça viendra peut-être, qui sait…

Mais je ne t’écris pas cet article pour te parler de mes rêves de petite fille, on va dire que ce serait plutôt de mes coups de cœur d’adulte dont il s’agit même si j’ai gardé une âme d’enfant. Tu sais, Instagram est merveilleux pour tomber sur des artistes incroyables, faire de jolies découvertes, apprendre des techniques… Et c’est ce qui m’est arrivé avec David Delaunay. Je flânais, comme bien souvent sur Insta et je suis tombée sur son travail. Autant te dire que sa galerie de photos m’a directement plu : du bois encore du bois et toujours du bois mais pas n’importe lequel, du bois magnifié !

 

Pour manger ses céréales le matin, c’est le top. Ça donne tellement plus envie que ma vaisselle classique…

 

En fait David est tourneur sur bois ! Le nom m’a de suite séduite même si je ne savais pas ce que c’était. Une consultation wikipedia plus tard, je suis en mesure de te l’expliquer : il s’agit d’un artisan qui travaille le bois sur un tour (en gros une machine sur laquelle on fixe le bois et qui peut tourner) pour fabriquer des objets. Mais David est aussi maraîcher et il a même une ferme bio, une activité qu’il envisage de mettre de côté d’ici 5 ans pour se consacrer pleinement à son travail du bois.

 

Même Mushu a adopté les jolis bols !

 

C’est depuis fin 2017 qu’il a commencé à travailler le bois après une formation auprès d’un célèbre tourneur sur bois. Et quand je vois la qualité de son travail, j’ai du mal à me dire qu’il fait ça depuis si peu de temps, je suis très impressionnée. Au départ, il voulait tourner des Djembé et c’est son formateur qui lui a donné le goût de la vaisselle, la passion a grandi au fil de son apprentissage. Il travaille le bois sec et le bois vert. Le bois sec est celui qu’on achète sous forme de plateaux en scierie et le bois vert est celui que l’on trouve en forêt. Les deux sont très intéressants à travailler parce que très différents. Le bois sec, une fois tourné, a directement sa forme définitive alors que le bois vert doit encore sécher, se déformer, il représente un challenge car il risque de se fendre et doit donc se travailler fin. Le bois vert présente aussi un intérêt dans ses défauts : des nœuds, des loupes (amalgames de petits nœuds dus à la cicatrisation de l’arbre), des échauffements (un champignon qui attaque le bois)… Ça donne une forme au bois, une couleur et ça permet de faire des pièces exceptionnelles.

 

Deux bols et deux ronds de serviette, j’ai été gâtée !

 

Au niveau du choix des essences, David travaille le noyer, le freine-olivier, le chêne, le merisier et le platane. La France est un pays riche en bois et le gère très bien. Car même si on y coupe des arbres, chaque année la surface en bois augmente. C’est donc véritablement un matériau renouvelable et durable. David est passionné par ce qu’il fait et ça se voit. Il se laisse guider par ses impressions face à une essence pour savoir ce qu’il va en faire : un vase, une coupe… et mettre en valeur le travail de la nature.

David m’a envoyé deux bols en noyé tourné sec et deux ronds de serviette. Comme tu peux le voir, les pièces sont magnifiques. Le veinage est très bien mis en valeur, les bols sont à la fois simples et élégants. Et les ronds rendent une simple serviette chic. D’ailleurs, ça m’a donné envie de troquer mes serviettes en papier pour des serviettes en tissu qui ont l’avantage d’être réutilisables, merci David ! Ce que je trouve génial, c’est que tu peux manger ce que tu veux dedans : du sec, du liquide, du chaud ou du froid. C’est comme de la vaisselle classique mais en mieux puisque je la trouve beaucoup plus belle et en plus elle ne casse pas. Pour la laver, c’est simple, un petit coup d’éponge. Si on l’utilise souvent, on passe un peu d’huile végétale dessus tous les 6 mois et sinon c’est tous les deux ans. On ne peut pas dire que ça demande beaucoup d’entretien…

 

Ces bols sont idéals pour un potage car ils supportent la chaleur et le liquide.

Un petit coup d’éponge et ils sont prêts à être réutilisés.

 

Au niveau des prix, c’est assez variable mais honnêtement pas très cher quand on voit la qualité et la beauté des objets : il faut compter 22 euros pour une assiette et 25 euros pour un bol. Quand il y a des défauts dans le bois, cela revient plus cher car cela représente tout simplement plus de travail pour David. Je trouve ça marrant de parler de défaut car pour moi ça rajoute un petit quelque chose à la pièce qui la rend encore plus belle !

Tu peux retrouver ses créations sur son site internet, sur son Instagram et sur sa page Facebook. Et je te conseille d’aller y jeter un œil car ça vaut vraiment le coup. Si jamais tu souhaites lui faire une commande personnalisée avec une essence de bois particulière par exemple, n’hésite pas à le contacter, il te répondra avec plaisir. Sache également qu’il sera présent au salon Les Z’arts zen à Villefranche sur Saône les 2 et 3 juin prochains, si jamais tu y es, passe lui faire coucou et admirer ses créations en vrai.

Je me fais tatouer un Pokémon par Lunie Chan !

 


Je suis ravie de te retrouver pour te parler de mon dernier tatouage. Tu le sais peut-être mais ce n’est pas la première fois que je parle tatouage sur ma chaîne, après tout j’en ai déjà 8 des tattoos… J’ai donné des conseils, parlé de symbolique et cette fois je t’emmène avec moi pour te montrer concrètement comment s’est passée ma séance tatouage.

* Si mes autres vidéos tatouage t’intéressent, je te mets le lien vers ma chaîne et la playlist concernée.  

J’ai choisi de me faire tatouer un Evoli sur le poignet, mon premier tatouage en couleur. Ça faisait un moment que j’y pensais mais il fallait que je trouve la bonne personne. Lunie Chan a cet univers manga, mignon et très coloré qui correspond parfaitement à ce que je voulais. J’ai voulu me faire tatouer un Evoli dans sa forme originelle non encore évolué car j’aime l’idée de la chrysalide qui peut se transformer en plein de choses. Les taches de couleur représentent d’ailleurs les différentes évolutions possibles. Ce pokémon, c’est un peu moi et je peux devenir ce que je veux. 

Source : https://bulbapedia.bulbagarden.net/wiki/Eeveelution
Source : http://www.pokepedia.fr/Evoli
 
Lunie Chan (Joannie de son vrai prénom) reçoit dans son salon de tatouage : Coup de Foudre Tattoo situé à Liège. Moi, je viens de Bruxelles donc ce n’est pas à côté de chez moi mais quand on veut vraiment quelque chose on se déplace. Et après avoir été tatouée par elle, je peux te dire que ça en vaut vraiment la peine. Elle est adorable, douce, drôle et son travail est impeccable. J’ai d’ailleurs déjà prévu de retourner la voir d’ici quelques mois…
 
Au niveau de l’élaboration du projet, ça s’est fait très simplement. On s’est vues une première fois parce que j’étais à Liège et que par hasard, le studio se trouvait à deux pas de l’endroit où je me trouvais ce jour-là. Joannie était très enthousiaste à l’idée de faire ce tatouage. J’ai pris son contact et on a continué à échanger par mail pour affiner le projet et comprendre mes envies. Elle est très à l’écoute et dit clairement ce qu’il est possible de faire ou non, elle m’a vraiment guidée, je me suis sentie en confiance et lors de la découverte du dessin le jour J, j’étais confiante, je savais qu’il me plairait. Je ne me suis pas trompée. 
 
Si toi aussi tu aimerais te faire tatouer et que tu cherches une excellente tatoueuse en Belgique et bien c’est sans hésiter que je te recommande Lunie Chan, tu ne seras pas déçu(e). 
 
Si tu veux découvrir son travail…
 
 
Le studio de tatouage…
 
 
Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le commenter et à le partager. 

Recettes vegan/glutenfree : gâteau au chocolat et cakes salés pour mes 30 ans !


À l’occasion de mes 30 ans, je t’ai fait une vidéo dans laquelle je te montre ma déco de fête, mon maquillage, ma coiffure mais surtout des recettes de cuisine vegan et glutenfree

Elles ont été testées et approuvées par mes invités, c’est pour ça que je te les partage, fais-en bon usage ! 

 



* Moëlleux au chocolat (pour environ 12 personnes) végétalien & sans gluten

Ingrédients

  • 100 g de sucre de canne blond 
  • 2 sachets de sucre vanillé 
  • une pincée de sel
  • 220 g de farine de riz brun
  • 40 g de fécule de maïs
  • 100 g de cacao en poudre type “le chocolat” de Nestlé
  • 2 c. à café de bicarbonate alimentaire
  • 40 g de noix de coco râpée 
  • 500 ml de lait de soja
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
  • 100 g de tofu soyeux
  • 100 ml d’huile de tournesol
  • glaçage noir vahiné
  • déco coco râpée et sucre impalpable

Recette

1) Préchauffer le four à 180°C (chaleur tournante).
2) Dans un bol, mélanger le lait de soja et le vinaigre de cidre puis laisser poser 5 bonnes minutes.
3) Y rajouter le tofu soyeux et l’huile de tournesol.4) Dans un saladier, mélanger la farine, la fécule, le cacao, la noix de coco, le sucre, le bicarbonate et la pincée de sel.
5) Y verser la préparation liquide et mélanger vigoureusement (au fouet c’est mieux pour éviter les grumeaux).
6) Prendre un moule d’environ 24cm de diamètre, le graisser avec de la matière grasse végétale et y verser la pâte.
7) Laisser cuire 45 minutes.
8) Laisser refroidir avant de démouler.
9) Faire fondre le glaçage au bain-marie avant de recouvrir le cake.
10) Tant que le glaçage est humide, saupoudrer de coco râpée et de sucre impalpable.
11) Laisser au frais pendant au moins 2h avant de servir. 

* cette recette est inspirée de : http://auvertaveclili.fr/gateau-moelleux-tout-chocolat-sans-gluten-vegan/
 



* Cakes salés à différents parfums (+ alternatives végétalienne et sans gluten)

Ingrédients

  • 180g de farine (*normale ou de riz)
  • 1 sachet de levure sèche
  • 3 oeufs (*ou 6 cuillères à café de no egg – substitut à l’œuf)
  • 40 g de fécule de maïs
  • 13 cl de lait (*normal ou de riz)
  • 10 cl d’huile d’olive
  • 1 pincée de sel et de poivre

Pour la garniture (au choix)

  • 100g de lardon + 1 buche de chèvre (coupée en petits dés)
  • 100 g de tomates séchées + 1 poignée de pignons de pin
  • 100 g de feta (coupée en petits dés) + basilic frais haché 
  • 100g d’olives

* assaisonnement selon tes préférences : basilic, ail, herbes de Provence, persil, thym.

Recette

1) Préchauffer le four à 180°C (chaleur tournante).
2) Mélanger la farine et la levure dans un saladier.
3) Y rajouter les œufs, le lait et l’huile d’olive. 
4) Assaisonner.
5) Ajouter la garniture et mélanger. 
6) Graisser le moule à cake avec du beurre (*ou de la matière grasse végétale).
7) Faire cuire 45 minutes au four.
8) Laisser refroidir avant de démouler. 
 

Si jamais tu testes, n’hésite pas à me dire en commentaire ce que tu en penses.