L’Atelier Maka : le charme de la simplicité…

© L’Atelier Maka

 

Dans cet article, j’ai envie de te présenter une jeune créatrice de bijoux pleine de talent qui lance tout juste sa marque. Pour moi, c’est un véritable plaisir de rencontrer une artisane à ses débuts et de lui donner l’occasion de gagner un peu en visibilité. C’est pourquoi, j’ai choisi de la laisser te présenter son travail qu’elle décrit avec cœur et passion, deux qualités qu’on ne peut qu’apprécier…

 

1. Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Maëva et je suis Conseillère en immobilier.
Je réside dans les Landes, un département que j’affectionne particulièrement par ses cultures, ses plages et ses Landais si chaleureux.

 

2. Où peut-on vous suivre ? Instagram ? Facebook ?...

Je me lance à peine donc pour l’instant je n’ai qu’un compte Instagram et une page Facebook pour me contacter et passer commande. Pour les deux réseaux on me retrouve sous le même intitulé : L’Atelier Maka.

 

3. Quand et comment avez-vous commencé la création de bijoux ?

J’ai commencé à tout hasard il y a quelques mois : un besoin de créer, de m’évader de mon job comportant beaucoup de pression et de responsabilités. J’ai toujours eu un côté créatif depuis petite, je suis une vraie “nana” adorant les bijoux, j’ai même été vendeuse à domicile pour une marque de bijoux toulousains pendant un petit moment. C’est donc arrivé comme une évidence qu’il fallait que je fasse mes propres bijoux. Tous les modèles visibles actuellement sur ma page sont des modèles initialement créés pour moi, que je ne pensais pas montrer. Mais après quelques demandes dans mon entourage : mon homme, puis mon frère et ma belle-sœur m’ont poussée à me lancer et à montrer mes créations. L’Atelier Maka est né…
“L’Atelier” car c’est mon petit endroit à moi, où je laisse libre cours à mon imagination, « MA » pour les deux premières lettres de mon prénom et « KA » pour les deux premières du surnom de mon homme. Je ne suis pas allée chercher bien loin mais cela représente bien mes bijoux, ça me représente !

 

© L’Atelier Maka

4. Travaillez-vous seule ?

Je travaille seule mais mon homme (commercial également) prend plaisir à m’aider, me conseiller pour les publications, et me donner son avis sur les nouveaux modèles. Il est mon « directeur communication » comme il aime dire et cela me plait car c’est un nouveau projet dans lequel il me soutient à 100% et j’ai encore besoin d’être rassurée sur mes créations.

 

5. Quels matériaux utilisez-vous ?

J’utilise plusieurs matériaux. La majorité de mes créations sont en argent 925, en Gold Filled 14 carats, Swarovski et perles Miyuki Delicas.
Mais parfois je n’arrive pas à trouver le matériau correspondant à mon idée, ou bien il est bien trop onéreux et donc je prends des matériaux en laiton doré ou argenté. Je précise les matériaux sur ma page Facebook, le but étant d’être la plus transparente possible.

 

6. Où puisez-vous votre inspiration ?

Mes inspirations sont diverses. J’adore créer, je m’éclate totalement en faisant cela. Soit je vais voir une personne et en échangeant avec elle, je trouve une idée de bijou lui correspondant donc il faut vite que je le dessine, soit une situation, un motif, un évènement…
Lorsque je suis un peu plus en manque d’inspiration, je me pose dans mon atelier, je regarde les fournitures que j’ai, j’essaie, et généralement je trouve…. Je fais ces bijoux avant tout avec mon cœur, mon ressenti, mes émotions, mes intuitions et je fais des bijoux qui me plaisent, que je pourrais porter aisément.

 

7. Quelle est la fourchette de prix pour un bijou ?

Mes bijoux coûtent entre 5€ et 30€.

 

Comme tu peux le voir sur la photo, Maëva m’a envoyé une paire de boucles d’oreilles WOOD vendues 8 euros ainsi que le collier DISCRET dans la teinte paradise vendu 10 euros. L’un comme l’autre sont super jolis, fins et discrets. L’avantage, c’est que ça se porte avec tout et c’est tellement mignon qu’il n’y a pas besoin d’en faire des tonnes. Une touche de bois, un cristal Swarovski et me voilà élégante pour la journée ou la soirée ! J’aime aussi beaucoup le rappel géométrique des deux bijoux, les facettes donnent une évidence, une pureté aux formes. C’est chic et épuré.

 

8. Combien de temps prend la réalisation d’une paire de boucles d’oreilles et d’un collier ?

Tout dépend du modèle, de sa complexité et de mon habitude à faire certaines manipulations ou pas.
Pour les modèles qui me prennent le plus de temps, je peux mettre jusqu’à 2 heures pour la confection d’un bijou.

 

9. Passez-vous uniquement par Facebook et Instagram pour les ventes ?

Pour l’instant oui, je ne passe que par ces deux réseaux sociaux. J’espère que cette activité se développera et je créerai à ce moment-là un site internet.

 

10. Avez-vous des projets pour la suite ? Votre site web ? De nouvelles idées de créations ? 

J’aimerais effectivement pouvoir créer un site marchand, pouvoir lancer L’Atelier Maka à plus grande échelle, mais je n’en suis pas encore là. J’ai des demandes particulières, des personnes qui aimeraient que je confectionne un bijou à partir d’un petit objet familial, une future mariée m’a demandé également de lui confectionner sa parure pour le jour J.
Je suis ouverte à tout, dans la mesure de mes compétences actuelles. Cela nourrit mon inspiration, et je suis touchée et heureuse de voir la confiance que ces personnes placent en moi. Rien que pour eux, pour les remercier d’y croire, j’ai envie de développer encore plus L’Atelier Maka
Je songe à la demande de quelques personnes de lancer une nouvelle gamme de bijoux bien spécifique. Je n’en dis pas plus, je garde la surprise ! Dans tous les cas, mes créations continueront de me ressembler.

 

J’espère que cette interview t’a plu et qu’elle t’aura permis de plonger dans l’univers de L’Atelier Maka ! Si tu es séduit(e), n’hésite pas à faire un tour sur l’Instagram et le Facebook de Maëva, tu y découvriras encore d’autres créations plus charmantes les unes que les autres !

Je te poste ma dernière vidéo dans laquelle je te partage mes favoris du mois de mars. Sans surprise, je te parle de Maëva et je porte ses beaux bijoux. Je te laisse découvrir ça…

Tognetti : des luminaires poétiques et aériens…

Je suis ravie de te présenter aujourd’hui une nouvelle créatrice de talent. Si comme moi, tu aimes la déco, tu es certainement sensible à la lumière. Un intérieur bien éclairé, ça change tout. On pose une ambiance, une atmosphère, une chaleur, un bien-être. Je préfère d’ailleurs mille fois les lumières indirectes aux plafonniers qui si ils éclairent de manière efficace manquent à mon sens de charme. C’est pourquoi, j’ai eu envie de te parler de Marie-laure Tognetti et de ses luminaires aux formes aériennes. La première fois que j’ai vu ses créations, j’ai directement pensé à des nuages, du coton, des choses tellement légères qu’elles flottent dans les airs et j’aime ça.

Cela fait deux ans que Marie-Laure crée des luminaires. Après avoir passé un diplôme d’art thérapie, elle a travaillé avec des personnes souffrant d’Alzheimer, accompagné des personnes en fin de vie et c’est ces rencontres qui lui ont permis de se connecter avec la lumière, celle qui brille à l’intérieur de nous et qui fait notre force. Si elle devait décrire ses créations en 3 mots, elle parlerait de légèreté, de poésie et de douceur. C’est exactement le ressenti que j’ai quand j’observe son travail.

J’ai eu la chance de recevoir l’une de ses pièces, une superbe lampe en forme de cube qui s’intègre parfaitement à mon intérieur. La première chose qui m’a frappée en la déballant, c’est le soin pris pour la réalisation, cette lampe est faite avec amour et ça se voit. Le papier washi, qui la compose, surprend par une impression de force et de fragilité. Il est très beau, il donne envie de le toucher. Pour ma lampe, il revêt un aspect qui me plaît beaucoup, il a des petits trous éparpillés et de différentes grandeur qui lui donnent un aspect très organique, presque comme un tissu du corps humain. C’est très agréable quand on allume la lampe car la lumière passe de deux façons : de manière directe à travers ces petites ouvertures et de manière diffuse à travers le papier. Ça me séduit…

Le papier washi est un papier artisanal et traditionnel japonais fait à la main dans de petites entreprises. À la fois fin et solide, il laisse suffisamment de transparence pour diffuser la lumière tout en douceur. Il rappelle d’ailleurs à Marie-Laure la fragilité robuste de notre peau, il est l’enveloppe qui protège notre lumière intérieure. Inspirée par la nature et les formes qui l’entourent, elle a souvent une idée de départ bien précise mais le papier la guide ensuite ailleurs.

Le prix de ses lampes varie selon le papier utilisé, le temps passé à la fabrication et la taille de la pièce, la fourchette s’étend de 40 à 800 euros. Le temps passé sur chaque luminaire est variable, pour une pièce de 40cm x 40cm, il faut compter 4 à 5 jours, temps de séchage compris. Pour les grandes pièces, cela peut prendre jusqu’à 15 jours. Marie-Laure travaille en pièce unique ou en toute petite série, c’est quelque chose d’important pour elle. Elle peut également faire des commandes personnalisées, il suffit simplement de la contacter.

Pour la suite, Marie-Laure compte continuer à développer sa marque afin de faire davantage connaître son travail. Elle souhaite également développer le concept d’atelier à domicile en plus des ateliers itinérants déjà proposés dans des lieux pouvant accueillir des groupes.

Si son travail, te plaît, n’hésite pas à aller jeter un œil sur son site : https://www.tognetti-luminaires.com/

En ce moment, il y a -10% sur son e-shop !

Je te mets également ses réseaux sociaux :

Dans ma dernière vidéo, je te montre mes plus belles lampes, tu pourras d’ailleurs admirer celle que Marie-Laure m’a envoyée…

Et toi ? Tu aimes la déco et les lampes d’ambiance ? N’hésite pas à m’en parler dans les commentaires.

 

 

Martel & Enclume : la magie des bijoux de la fée Morgane…

 

On se retrouve aujourd’hui pour parler de féerie, de traditions et de légendes bretonnes car c’est de là que vient la créatrice dont je souhaite te parler aujourd’hui. Elle porte le doux prénom de Morgane (tiens, une référence aux légendes arthuriennes…) et c’est elle qui est à l’origine de la marque Martel & Enclume. Très manuelle, elle a toujours fabriqué plein de petites choses : décorations, bijoux,… Mais c’est après un Master en Sciences Sociales qu’elle décide de lancer une première boutique sur A Little Market avant de devenir professionnelle et d’ouvrir son propre siteSon inspiration, elle la puise dans la Bretagne et ses légendes celtes. Quand elle me parle de ses balades en forêt ou le long des falaises, je reste rêveuse… Elle se laisse également influencer par ses lectures, l’artisanat médiéval, la musique ou encore sa famille.

 

© Martel & Enclume

 

Elle travaille les pierres fines : labradorite, améthyste, quartz… qu’elle sélectionne méticuleusement. Certaines de ses pierres sont même gravées par ses soins. Depuis peu, elle réalisé également des cabochons en résine qui renferment des petits bouts de nature. Ses sertis en cuivre, argent, laiton ou bronze sont travaillés selon la méthode ancestrale du tissage de fils ou wire wrapping. Elle met un point d’honneur à réaliser un maximum de choses elle-même et ce à chaque étape de la fabrication du bijou. On peut donc réellement parler d’artisanat et c’est ce qui me charme. Quand un créateur prend la peine d’essayer de réaliser au maximum l’entièreté du bijou, je pense que ça mérite d’être souligné.

Morgane m’a confectionné une parure dans les tons bleus avec une labradorite en pendentif, des boucles d’oreilles ornées de perles en lapis-lazuli et un bracelet orné de perles en lapis-lazuli et aigue-marine. Autant te dire que quand j’ai ouvert mon colis, j’avais des étoiles dans les yeux. Les pierres sont superbes et le travail du métal de Morgane suscite toute mon admiration. Vraiment, c’est une belle rencontre et je m’estime chanceuse de pouvoir te la présenter aujourd’hui.

 

 

Comme tu t’en doutes, le temps de fabrication de ses bijoux est très variable. Cela peut aller de quelques heures à quelques semaines selon la complexité de la pièce ou si il s’agit d’une commande personnalisée. Car oui, en plus des modèles uniques présents sur sa boutique, tu peux la contacter pour une demande spéciale. Elle en fait d’ailleurs très régulièrement. Si ça t’intéresse, tu peux lui envoyer un message via Facebook ou sur sa boîte mail marteletenclume@gmail.com.

Pour le budget, compte 30 à 40 euros pour la plupart des pièces présentes sur sa boutique. Prévoie un budget plus large pour des pierres spéciales ou une création sur mesure.

 

 

Si comme moi, tu es séduit(e) par la magie, la féerie, le savoir-faire traditionnel et les belles pierres, l’univers de Morgane te plaira sans aucun doute. D’ailleurs, j’y pense, n’hésite pas à lui dire que tu viens de ma part, si tu décides de lui faire une commande, je suis certaine qu’elle sera ravie.

L’article t’a plu ?  Tu peux le partager et/ou me laisser un petit commentaire, je me ferai un plaisir de te répondre.

 

Je te mets le lien vers ma dernière vidéo dans laquelle je porte la parure que Morgane m’a confectionnée !

 

Les émaux sur cuivre de Renard Petite

 

© Renard Petite
 
Je suis ravie de te retrouver pour te présenter une créatrice qui utilise une technique qui me fascine, celle de l’émail sur cuivre ! Peut-être as-tu vu mon post Instagram dans lequel je te montrais ma jolie paire de boucles d’oreilles achetées chez Renard Petite, une pure merveille ! 

Juliette est l’artiste qui se cache derrière ces jolis bijoux. Au départ infirmière, elle a tout plaqué pour créer sa micro entreprise et si tu veux mon avis, elle a bien fait ! Cela fait longtemps qu’elle crée, elle a commencé par travailler la pâte polymère et les perles Swarovski avant de se lancer dans le travail du cuivre qu’elle a appris toute seule. 
 
Au niveau du procédé, elle utilise des plaques de cuivre qu’elle découpe à la cisaille de bijoutier, elle les met ensuite en forme et les recouvre de poudre de verre (l’émail) avant de les cuire à environ 830°C. Et ça donne ces nuances, ces variations de couleur, cette vivacité et cette originalité que j’adore.

© Renard Petite
Ce que j’admire dans son travail, c’est le soin, l’amour qu’elle y met. Chaque bijou est unique et lui prend entre 1h30 et 2h au niveau de la fabrication : découpe, martelage, nettoyage, émaillage, cuissons (car il en faut souvent 2 ou 3)…
 
 
Outre, ce qui est proposé sur son site, il est également possible de faire une commande personnalisée. Avec une plaque de cuivre, il y a plein de possibilités, on peut imaginer toutes sortes de formes, de tailles, de couleurs, etc. J’aime bien l’idée de la co-création pour se faire plaisir ou pour faire un très joli cadeau !
 
Si son travail te plaît, va donc jeter un œil sur sa boutique : 
 
 
Tu peux également te rendre sur son Instagram et sur sa page Facebook
Je préfère te prévenir, il y a de fortes chances pour que tu craques 😉 D’ailleurs, si c’est le cas, n’hésite pas à le partager dans les commentaires ou à m’envoyer un Instadirect avec le bijou que tu auras choisi, je suis curieuse de connaître tes goûts. 
 
À bientôt ! 
Sidjie

Les petits trésors de Camille

© Les Petits Trésors
 
Pour ce nouvel article, j’ai eu envie de faire quelque chose d’inédit : une interview ! C’est un format que j’adore puisque c’est comme ça que je fonctionne avec les créateurs que je découvre. Ça permet de ne pas dénaturer le discours et finalement pour toi de rencontrer réellement le créateur à travers ses propos.
 
Je te donne l’occasion de découvrir Camille, la créatrice de la marque “Les Petits Trésors” avec laquelle j’ai pu collaborer et qui propose des bijoux absolument magnifiques (comme tu le verras dans les photos). Tu la retrouveras aussi dans ma vidéo favoris du mois de février et dans le petit concours dont je te parle à la fin de cet article…
Parure en perles Miyuki – bracelet Aurora et boucles d’oreilles Angelina

 

Qui êtes-vous ? 

Je m’appelle Camille, je viens d’avoir 24 ans et j’habite depuis 1 an et demi dans
le Tessin, en Suisse italienne où j’ai rejoint mon compagnon. Je suis originaire de
Paris et avant de déménager, je travaillais en tant qu’assistante comptable dans un
cabinet d’avocats sur Paris.

 

Quand et comment avez-vous commencé les bijoux ?
 
J’ai toujours fait des activités manuelles depuis petite. J’ai commencé lorsque
c’était la grande mode des grosses bagues en perles Swarovski et je faisais
aussi beaucoup de décopatch. En travaillant sur Paris, je n’avais pas vraiment le
temps de continuer ma passion. Maintenant que je vis avec mon compagnon, c’est
différent. Il travaille essentiellement de nuit et je me suis mise à recréer des
bijoux le soir. Ensuite, mon projet s’est fait tout seul : faire connaitre et vendre mes
créations sur un site en ligne.
J’aime le fait de tout faire moi même : la création des bijoux, le site internet
la publicité surtout sur les réseaux sociaux, les shootings photo, la partie administrative, etc.

 

Quels matériaux utilisez-vous pour vos créations ?

 

Je souhaite vraiment faire des bijoux de qualité.
Pour tout ce qui est fermoirs, chaines, anneaux ou supports pour bracelets,
j’utilise de l’argent 925/1000, du Gold filled 14 carats ou du laiton.
Pour la collection Miyuki, j’utilise les perles Miyuki delica 11/0 et les fils de nylon Miyuki.
 Je les tisse à la main ou avec un métier à tisser, cela dépend de la création. 
 
Pour la collection Bohème, je vais utiliser des pierres naturelles tel que le jade,
l’agate, l’onyx, la pierre de lune … J’utilise aussi les cristaux Swarovski,
des pompons, etc. J’aime bien toucher un peu à tout !
Bracelet Layana en perles Miyuki
Où puisez-vous votre inspiration ?

 

J’ai la chance d’avoir beaucoup voyagé, c’est une autre de mes passions.
Le bracelet Thalassa a été créé après un voyage en Grèce par exemple.
Les créations me viennent d’elles-mêmes, j’ai beaucoup d’idées en tête, 
j’aime beaucoup le style bohème chic, ethnique.

 

Pourquoi deux collections ? Miyuki et Bohème ?
J’ai souhaité faire deux collections distinctes car ce sont deux styles de bijoux
différents y compris dans la réalisation. 
 Certaines personnes préféreront une collection à l’autre.

 

Quelle est la fourchette de prix pour un bijou ?

 

Pour un bracelet, on est entre 18 euros pour les plus petits à 35 euros pour les
créations plus grandes. D’autres bracelets Miyuki arriveront dans une gamme de
prix supérieurs car ce seront des tissages plus importants.
Pour les boucles d’oreilles Miyuki, on est dans les 20 à 25 euros.
Pour les boucles d’oreilles Bohème, on est entre 12 et 18 euros.
Les bagues, coûtent 10 euros mais d’autres aussi arriveront dans une gamme de
prix plus élevés car elles seront en Miyuki.
Boucles d’oreilles Bohème avec pierres de lave – Luna

 

Combien de temps prend la réalisation d’un bijou ?

 

Pour les créations Miyuki, on est sur minimum 2 heures de temps de travail, plus le
tissage est grand, plus ça prend du temps bien sûr.
Pour les créations Bohème, c’est rapide, certaines sont très
simples comme les boucles “Bohème” et d’autres un peu plus longues comme les
boucles “Ambre” mais on reste dans la demi-heure.

 

Y a-t-il du stock ou chaque bijou est-il fait sur demande ?

 

J’ai les bijoux en stock pour la collection bohème.
Pour la collection Miyuki je fais majoritairement sur commande, même si j’ai
certains bijoux de stock, comme les boucles d’oreilles.

 

Est-il possible de faire une commande personnalisée ?

 

Bien sûr ! Pour toutes les personnalisations de la collection Miyuki, il faut m’envoyer
un message via la page contact du site, me demander par exemple le modèle de
bracelet Layana dans les tons bleus, je ferai parvenir des associations de couleurs
que la personne valide ou pas. Si c’est validé, je crée le bracelet, le met en ligne
sur le site et indique à la cliente que son bracelet est disponible et qu’il lui est
réservé pendant une semaine, après ce délai il sera mis dans le stock pour tout le
monde.
Pour la collection Bohème, je mets directement un article “création” sur la page du
bijou en question quand je ne peux pas présenter le bijou dans toutes les couleurs.
 Sur cet article, les personnes peuvent choisir parmi toutes les
pierres que j’ai à ma disposition. 
——————————-
 
J’espère que cette interview t’a plu. N’hésite pas à faire un tour sur le site de Camille
 
Il est à présent temps que je te parle du petit concours qui a lieu sur mon compte Instagram.  À gagner un très joli bracelet Angelina en perles Miyuki et avec une chaînette Figaro en Gold filled 14 carats. Tu as jusqu’au 27 février pour y participer, bonne chance à toi !

 

 

Choisir le bois pour sa déco avec les créations de Mélissa !

 

 
Je suis particulièrement heureuse de te parler aujourd’hui des créations de Mélissa. Tu ne le sais peut-être pas encore mais je suis une amoureuse du bois, pratiquement tous mes meubles sont en bois, j’ai du vrai parquet au sol… je trouve ça tellement beau, chaleureux et rassurant.
© Mélissa Art et création déco
Je suis actuellement en train de refaire la déco de ma chambre pour faire quelque chose de plus personnel avec un ciel de lit, une couverture toute douce en faux poils, etc. Et je cherchais des mobiles à suspendre au mur avec nos prénoms (à mon mari et moi). À force de recherches, je suis tombée sur le travail de Mélissa et je lui ai fait une commande personnalisée sur Etsy. Comme tu peux le voir, le résultat est somptueux avec ces différentes essences de bois : charme, hêtre, chêne…
Pour la réalisation de mon prénom “Jessica”, elle a mis environ 2h. Elle va chercher les branches de support en forêt avant de les écorcer. Ensuite, elle choisit dans ses buches une combinaison harmonieuse pour le prénom, elle scie les tranches et commence à découper chacune des lettres. Elle n’hésite pas à redécouper des lettres dans d’autres buches pour avoir le meilleur résultat possible. Elle soigne vraiment son travail

 

© Mélissa Art et création déco

 

J’ai eu l’occasion de parler avec Mélissa pour en savoir plus son travail qui me plaît et m’intéresse énormément. C’est auprès d’un ami menuisier-ébéniste qu’elle s’est formée aux techniques du bois (car au départ elle a fait des études agricoles en élevage équin et une formation pour être maître chien agent cynophile) . Un jour alors qu’elle s’ennuyait, elle a pris la petite scie radiale de son papa et a coupé plein de rondelles de bois, c’est alors qu’elle a commencé à visualiser tout ce qu’elle pourrait faire avec. À force de travail, elle est devenue de plus en plus à l’aise avec le bois et est passée de créations simples à celles que tu peux voir ici en photo. 
 
Mélissa a toujours aimé créer, que ce soit des bijoux, du tissage, des savons… Elle ne manque pas d’idées et d’envies. Et je pense sincèrement que ça participe à la richesse de son univers que je trouve très diversifié et original. 

 

© Mélissa Art et création déco

 

Pour l’instant, elle vend ses créations uniquement sur Amazon (sous le nom Wood Art Design) et sur Etsy (sous le nom Mélissacreation). Tu peux aussi la suivre sur Facebook et la contacter si tu souhaites lui commander quelque chose. Elle envisage d’avoir son propre site web mais c’est beaucoup de travail et pour l’instant, vu qu’elle gère tout toute seule, les commandes passent avant. 
 
N’hésite pas à aller voir son travail si son univers te plaît. Moi, je ne regrette pas de l’avoir contactée. Les mobiles prénoms en jettent dans ma chambre ! 
 

 

Laisse-toi séduire par l’univers atypique de L’oiseau fou…

Samedi dernier, mon mari et moi étions au festival l’usine à bulles à Liège. Mon chéri étant dessinateur de bd, il y était pour dédicacer et moi je l’accompagne de temps en temps pour le regarder travailler et surtout découvrir des artistes et faire de belles rencontres. Et ce fut le cas avec L’oiseau fou
Dès notre arrivée, juste à côté de la porte d’entrée, je vois des créatures étranges en céramique et ça m’intrigue. Je monte à l’étage avec mon chéri mais je me promets de revenir plus tard voir ces sculptures car elles titillent ma curiosité. Quelques heures plus tard, je redescends et je rencontre l’artiste qui fait ces petits personnages particuliers. Nous avons en fait beaucoup discuté, nous nous sommes trouvés des points communs et j’ai commencé à comprendre pourquoi son univers me touchait tant. J’y vois Alice au Pays des Merveilles, Max et les maximonstres, Tim Burton, Little Nightmares… tout ce que j’aime !
À travers son vécu, L’oiseau fou réalise des œuvres qui semblent tout droit sorties d’un monde parallèle entre rêve et cauchemar. Il y a les personnages en terre cuite bien sûr mais aussi des dessins souvent inspirés par la forme d’une lettre japonaise. On en retrouve d’ailleurs dans beaucoup de ses œuvres. Il utilise essentiellement des matériaux naturels : terre, noix écrasées,… C’est vrai que la nature nous offre suffisamment de choses sans avoir à forcément passer par la case “synthétique”. Dans son atelier, il fait environ une sculpture par jour. Selon le temps d’exécution, la grandeur et la complexité de la pièce, les prix varient entre 40 et 1000 euros. Comme il y en a pour tous les prix, c’est finalement accessible à toutes les bourses.
 
Si tu souhaites voir davantage d’œuvres et t’immerger dans son univers, je te renvoie vers sa page Facebook et son site internet qui comporte une boutique en ligne : 
 
 
Tu l’auras compris, ce qu’il fait me plaît beaucoup. C’est le genre de choses que j’adore offrir et recevoir parce qu’il y a une âme dedans, beaucoup de cœur, une histoire. Et j’aime partager avec toi des petites pépites que je déniche bien souvent par hasard. 
 
J’espère que ça te plaît. 
 
À très vite ! 
Sidjie

J’ai été à l’afterwork du Tiroir de Lou…

 

Tu l’as peut-être vu sur mon Instagram, jeudi soir je suis allée à l’afterwork du Tiroir de Lou. Si tu ne sais pas trop en quoi cela consiste, c’est en gros une soirée après travail donc généralement en semaine, pas trop tard non plus puisque le lendemain tu retournes au boulot. J’avais déjà entendu parlé de ce genre de rendez-vous sans jamais y avoir mis les pieds. Mais il faut dire que cette fois, j’avais une bonne raison d’y aller : rencontrer une créatrice de bijoux que j’aime beaucoup
Ce n’est pas la première fois que je te parle de Lou, j’ai d’ailleurs fait une vidéo favoris dans laquelle je te parlais d’elle et de ses bijoux. En quelques mots, Lou est une créatrice belge, anciennement journaliste qui a décidé de changer de cap en se lançant dans la réalisation de bijoux. Dans son tiroir, elle te propose des pièces raffinées, épurées tantôt organiques ou géométriques. Faites d’argent, d’or et de pierres fines, j’aime les classer dans la catégorie fantaisie de luxe
Très accessible, j’ai pu discuter avec Lou (Stéphanie de son vrai prénom) et lui dire ô combien j’apprécie son travail. Faisant moi-même des bijoux, je suis très sensible au soin qu’elle met dans son travail, aux valeurs qu’elle véhicule et à la simplicité dont elle fait preuve. Je n’ai aucun mal à comprendre le succès de sa marque. 
Moi qui commande d’habitude en ligne, j’ai été heureuse de découvrir l’ambiance de l’afterwork. Voir les pièces en vrai dans un cadre chaleureux est très appréciable. Il y avait du monde mais les gens se respectaient, j’avais un peu l’impression d’être à une rencontre entre copines. J’ai d’ailleurs pu discuter avec d’autres personnes, notamment une jeune créatrice qui lance un projet récup-zéro déchets…
Et puis, je ne suis pas repartie les mains vides puisque j’ai pu acheter en exclusivité  la dernière création de Lou (pas encore disponible dans son tiroir), un collier fait d’or et de tourmaline (une jolie pépite comme elle l’appelle) que j’ai assorti avec une paire de boucles d’oreille faite d’or et de grenats. Pour les avoir portées depuis, je trouve que les deux pièces mises ensemble rendent très bien.
Si vous habitez en Belgique, plus particulièrement à Bruxelles, je vous conseille de rendre visite à Lou lors d’un de ses afterwork. Ses bijoux sont aussi en vente dans différentes boutiques partenaires ainsi que sur son site internet. Ses amulettes et pépites vous raviront à coup sûr (attention craquage de portemonnaie plus que probable) !